Pour le magazine RED COLLECTOR

Lorsque "Red Collector" m'a proposé une carte blanche sur Romy Schneider, au delà de la joie d'avoir ce privilège, toute mon attention s'est concentrée sur l'intensité de son regard.

Ma mémoire a gravé l'image de l'actrice dans le film "La piscine".

Pour compléter mes recherches préparatoires je me suis plongée aussi dans l’ensemble de sa filmographie, de sa vie personnelle et de son statut d’icône.

J’ai été frappé par les multiples  visages de l’actrice. Passant de la femme enfant à une beauté froide; d'un visage pétillant à une expression tourmentée.

Difficile de traduire tout cela par une  illustration. C'est pourquoi la réalisation de plusieurs dessins  m’a parue plus judicieuse.

            Pour ma première illustration, j’ai opté pour un visuel qui correspond à mon univers d’lllustratrice : un portrait .

J'ai étudié les photos de Romy dans les moindres détails; puis j'ai volontairement oublié tous les modèles pour réaliser un portrait qui n'existe pas en cliché, un portrait faisant uniquement appel à ma mémoire.

Réaliser une étude graphique d'après "l'Enfer" d'Henri-Georges Clouzot, (Ci-dessus)
Dans cet essai, Clouzot filme le visage cadré de Romy Schneider en continue à l'expression neutre. La lumière tournoie autour de son visage, 
ainsi les ombres sculptent différentes expressions alors que le visage est totalement statique. 
  J’ai trouvé l’idée graphiquement intéressante. Consacrant mon travail essentiellement  sur le traitement de l’ombre, je me suis demandée si cette technique  pouvait avoir le même effet avec mes illustrations...
En partant de la même base de son visage , en apportant un traitement d’ombre différent , est ce que l’expression de son visage allait changer ?  
L'expérience s'est faite sur un triptyque, j'ai repris les mêmes couleurs de spot de lumière que Clouzot, le bleu et le magenta. Sur le portrait de gauche la lumière rouge vient d'en bas à droite. Le visage de Romy est encore serein et même souriant, car la lumière venant du bas fait remonter la pommette et regonfle la lèvre supérieure.
Sur le portrait du milieu, les lumières rouge et bleu partagent le visage en son juste milieu. Les traits se durcissent, le regard s'intensifie. L'expression de Romy est plus tourmentée.
Et enfin, sur le visuel de droite, la lumière qui vient d'en haut, creuse les joues, marque les sourcils, les cils s'étirent en ombre comme des griffures. Si vous suivez les contours de la bouche sur cette illustration, vous verrez que la bouche a toujours le même sourire, mais l'ombre sous la lèvre inférieure, tire et annule cette expression de rictus.

Facebook Instagram Follow